La mise au point de l’ancien 1er adjoint de La Rivière Saint-Sauveur

387

Pascal Lelièvre, ancien 1er adjoint à La Rivière Saint-Sauveur, n’a pas du tout apprécié avoir été mis en cause par Didier Depirou, le nouveau maire, lors du dernier conseil municipal.

Dans une lettre ouverte adressée au maire ainsi qu’aux élus du conseil, Pascal Lelièvre a tenu à faire une mise au point.
Dans son courrier, que votre journal « Honfleur-Infos » retranscrit dans intégralité, l’ancien bras droit de Michel Olivier-Matthieu indique :
« Le maire de la Rivière Saint-Sauveur met en cause son ancien collègue au mépris de tout souci de vérité…
Lors du dernier conseil municipal du 11 février que les citoyens ne pouvaient suivre que sur facebook en raison du couvre-feu, M. Depirou a été interpellé par l’opposition sur la « Convention pour la réalisation de prestations de service entre la commune et la CCPH-B dans le cadre de l’entretien des dépendances de voirie ». Outre qu’il ne répond pas sur le fond à la question posée- selon son habitude-, à savoir la demande de présentation du document précisant l’organisation des services techniques permettant d’assurer cette prestation avec la totalité de coûts correspondants (salaires, assurances, amortissement du matériel), il se défausse sur son ancien collègue, M. Lelièvre, pour expliquer la répartition des tâches entre les services techniques de la commune et ceux de la Communauté de Communes, au mépris de tout souci de vérité.
M. Lelièvre, adjoint à l’urbanisme en 2018, représentait en tant qu’élu communautaire la commune dans la commission voirie au sein de laquelle était discutée la question des modalités de transfert de la compétence voirie des communes à la communauté de commune. Il défendait la position municipale qui souhaitait que le transfert de cette compétence soit complète- conformément à la loi- dans un souci de simplification de l’organisation des services. Tel n’a pas été le souhait de la majorité des communes qui ont préféré « un saucissonnage » de cette compétence, laissant aux communes certaines tâches dont beaucoup de maires ne voulaient pas se dessaisir.
Cela posait un problème à notre commune qui avait des agents très polyvalents et avait doté ses services de matériels multifonctions pour assurer différentes tâches de voirie, y compris celles concernant « les dépendances » ainsi improprement nommées car elles font légalement partie du champ de définition légal de la compétence voirie.
Dans l’immédiat, et à titre provisoire, puisque le transfert de compétence devait avoir lieu au 1er janvier 2019, M. Mathieu en accord avec M. Depirou qui était alors en charge des travaux de voirie sur la commune, a pris la décision, avec l’accord de la CCPH-B, de continuer à faire assurer par les services techniques de la commune cette tâche, moyennent une facturation à la CCPH-B du temps passé par les agents communaux à son accomplissement. Il était prévu qu’à terme, lorsque le matériel utilisé serait usé, la commune ne le remplacerait pas et la tâche serait alors directement effectuée par les services techniques de la CCPH-B.
Ce que demandait l’opposition c’était simplement une présentation de la formulation écrite de cette convention qui n’a pas encore fait l’objet d’un vote au conseil municipal, le maire ne pouvant se prévaloir de sa fonction de chef du personnel pour décider seul de l’application ou non d’un tel accord. Ce serait l’occasion de mesurer l’intérêt réel de cet accord passé dans l’urgence avec la CCPH-B afin de statuer sur l’opportunité ou pas de le pérenniser. La conviction de l’opposition dont certains de ces membres ont une expérience de la gestion communale, est que ce compromis n’est pas satisfaisant et que l’organisation du service doit être remise à plat. L’impératif d’optimisation des dépenses de fonctionnement de la commune est à ce prix ! Encore faut-il que les élus, dont ceux de l’opposition- mais pas seulement (car ceux de la majorité sont-ils mieux informés ?) puissent en discuter en commission de travaux, document de référence à l’appui, ce qui ne semble pas correspondre à la conception de la vie démocratique communale de notre nouveau maire ! »