La discipline semble être respectée dans les grandes surfaces de Honfleur

2513
@Honfleurinfos : Les chariots permettent de respecter la distance entre les clients.

Depuis le début de la crise sanitaire qui a envahi le pays, chacun de son côté essaye de s’adapter. Nous sommes allé dans les grandes surfaces de la région de Honfleur pour prendre le pouls de la situation…

Si lors de la première semaine de confinement on a pu constater une véritable ruée sur les produits de première nécessité, il semblerait que cette seconde semaine soit des plus raisonnée. Il faut dire aussi que les directeurs des grandes surfaces, pris de court par cette montée en puissance, ont été surpris par l’affluence de la première semaine, mais depuis, des règles de distanciation ont été instaurées comme ici au Centre Leclerc de Honfleur ou le directeur, M. Bellière a mis en place des mesures pour éviter un afflux de masse mais aussi pour sécuriser son magasin : « Nous avons placé un vigil à l’entrée du magasin ce qui nous permet de réguler le flux à l’intérieur. » explique le directeur.
Ainsi entre 60 et 70 personnes sont autorisées à pénétrer dans la grande surface avec pour consigne de garder une distance d’au moins 1 mètre entre chaque client : « Les chariots sont pour nous utiles pour maintenir une distance confortable entre les clients. » Souligne le directeur. Quant à la sécurité des hôtesses de caisse, M. Bellière explique : « Je voudrais tout d’abord féliciter nos hôtesses de caisse qui chaque jour sont en contact avec les clients. Nous avons la chance d’avoir un personnel exemplaire. Pour leur protection, nous avons installé des plexiglas devant les caisses… Deux fois par jour nous procédons à la désinfection des chariots et nous avons également installé une caisse prioritaire pour les personnels de santé. » Quant à l’approvisionnement dans le magasin, le directeur confirme que chaque jour les rayons sont de nouveau achalandés et qu’il n’y a pas de pénurie alimentaire.

Pas de problèmes de réapprovisionnement
Nous avons pu observer la même situation au Carrefour Market de la Rue de la République où là, le directeur, Jacky Rebut, explique : « Nous sommes une moyenne surface, il est donc beaucoup plus facile pour nous de réguler le passage en caisse. C’est pour cette raison que nous n’avons pas mis en place de consignes particulières. Le personnel travaille avec les protections nécessaires comme les gants, les masques maison pour l’approvisionnement de rayonnage. Cependant nous avons installé des plexiglas devant chaque caisse ainsi que devant les rayons boucherie et charcuterie. » Et Jacky Rebut de souligner : « Régulièrement nous diffusons des annonces incitant les gens à respecter les gestes barrières. »
A Equemauville, la directrice de l’Intermarché, Mme Flambart, nous confie : « Au début de la crise nous avions mis en place un filtrage, mais pour cette deuxième semaine, les gens sont plus raisonnables, nous avons donc supprimer notre filtrage. Mais si nous constatons une dégradation comportementale, nous reprendrons alors notre filtrage.» Et la directrice d’indiquer : « Nous sommes réapprovisionnés régulièrement. Nous n’avons aucun problème de stock. Quant au magasin, nous sommes ouverts de 9h à 19h30, même le dimanche matin et nous allons reprendre notre service de Drive que nous avions suspendu. »

Comportement des clients
Si les responsables de ces grandes surfaces constatent une amélioration comportementale, certaines caissières, sous couvert d’anonymat, n’hésitent pas à afficher leurs craintes. C’est le cas de Sylvie (prénom d’emprunt) qui indique : « Lorsque l’on voit l’attitude de certaines personnes, on a l’impression qu’ils sont ici en vacances. Ils se baladent dans les rayons comme-ci de rien n’était, prenant dans leurs mains des produits, puis ils les remettent en place. C’est irresponsable…! Ils ne se rendent pas compte du risque qu’ils nous font prendre à nous mais aussi aux autres clients…»
D’autres comme Corinne (prénom d’emprunt) dénonce le comportement des gens à la caisse : « Certains nous prennent pour des larbins. Heureusement nous avons la grande majorité des gens qui nous soutiennent. Ils sont super gentils avec nous. Il y a même une dame qui nous a offert du chocolat pour notre pause. »
Face à cette situation et à la disponibilité de ces personnels, des enseignes comme Les Centres Leclerc et Lidl ont décidé d’octroyer une prime à leurs salariés.