Un sans faute pour la dictée de Honfleur

898

La Dictée de Honfleur avec Jean-Pierre Coligon a rencontré un grand succès ce samedi 11 novembre aux Greniers à Sel.

Cette année notre journaliste ne monte pas sur le podium…
Parmi la centaine de participants, 87 personnes ont rendu leur copie :
• Catégorie Champion : 9 participants
• Catégorie professionnel : 12 participants
• Catégorie amateur : 62 participants
• Junior (lycée) : 1 participant
• Cadet (collège) : 3 participants
La concentration est complète

Résultats

Catégorie Champion 
• 1er prix Pierre DERAT (avec 1,5 fautes)
• 2ème prix Cédric JEANCOLAS (avec 2,5 fautes)
• 3ème prix ex-aequo Solange PASQUAREL et Guy DESCHAMPS (avec 3,5 fautes)
Catégorie Professionnel
• 1er prix Véronique LACOUR
• 2ème prix Gilbert DARMON
• 3ème prix Marine LASMARTRES
Catégorie amateur
• 1er prix Odile PION
• 2ème prix Nicole GAUGER
• 3ème prix Marie-Christine PINAT
Catégorie Junior (lycée)
• 1er prix Quentin LAIGNEL (seul et unique candidat dans sa catégorie)
Catégorie Cadet (collège)
• 1er prix Raphaël VIGNET
• 2ème prix ex-aequo Hélène DUNET et Timothée DUNET

 

La dictée de « Jean-Pierre Colignon »

Jean-Pierre Colignon

Cols chics dans les prés…

Le soleil, qui se fait fort des hâles même dans l’arrière-saison – au point que, y compris sur son déclin, son halo gêne encore ceux dont les iris sensibles sont pris dans les rais perçants du plus grand des astres –, cède la place aux semi-clartés de l’automne…
Les glands marron se libèrent de leurs chênes, et d’aucuns, peu ferrés en botanique, s’interrogent sur l’origine des faines (ou : faînes) qui jonchent le sol des parcs : hêtre(s) ou non hêtre(s) ?… L’automne est en effet d’ores et déjà bien installé, et les chemisettes décontractées vert Véronèse ou les polos et maillots à manches courtes céladon aux cols informes des aoûtiens ont depuis quelque dix semaines laissé la place à des cols chics, même dans les balades à travers prés et parcs. Voire à des sweat-shirts molletonnés !
Partisans convaincus de la diffusion du savoir et de la culture, des militants ennemis de l’illettrisme, quoique cois jusque-là dans l’été, sollicitent ici les passants avec un slogan mille fois répété avec entrain : « Pour que l’école dure, amis, donnez ! ». Plus loin, jamais las, ils sont tous là, près de l’église Sainte-Catherine, et au marché dès potron-ja(c)quet, les fans de carottes et de navets biologiques qui accompagnent tous les samedis soir le bulot et la coque en pot lors des agapes traditionnelles des anciens du centre-ville. Pour le grand dîner de la fête de saint Nicolas, un ancien maître(-)queux de la Royale fait parfois des sciènes en cuisine, ce qui ne plaît pas forcément à tous les commensaux, car certains préféreraient qu’il y mît le turbot.
Les exclamations quasi méridionales qui ponctuent les tirs heureux… ou les loupés piteux des pétanqueurs ne retentissent plus en plein air, mais sous la voûte de l’aula réquisitionnée, ou plutôt prêtée de bon gré, d’un des établissements scolaires honfleurais. On y voit même des olas ponctuant les carambolages les plus époustouflants.
Ainsi, même si l’on fleure tous azimuts que la saison des glaces et des sorbets s’en est allée, Honfleur s’est arrogé depuis longtemps le devoir de n’être jamais ni dans l’hibernation telles les marmottes ni dans l’hivernage à l’instar des bovins. C’est pourquoi la ville natale de Boudin attire des visites qui ne relèvent pas d’un trip à la mode de Caen !